Language: English
Language:
Currency:
Place your promotion here

You have no items in your shopping cart.

You have no items to compare.

Search

Dear friends and new collectors

I have created this Online Store in order to show,

offer and sell  some pieces  of my photographic work in Limited Editions.

In this way, many proofs you should purchase

will be rare and totally yours; only 5 prints will be created.

 

Karl Lakolak’s propositions raise the question of the “embodiment” of representation;

the real, physical body on stage for a tableau, is hybridized as a simulacrum of a lost “picture.”

The installation/performance morphs into an improbable theater on the stage of which shadowy bodies

come and go– the characters in this made-up museum parade. Painting is “brought back to life”

as the body goes through the stages of its preparation. How can such ritualistic reminiscence influence

the construction of a contemporary identity? The staging of the body in the normative social space

is disarranged at the site of freedom legitimized by “the locus that generates contemporary art”.

The body traverses time and space in a pigmented bath, an actor traversed by multiple citations

from  amorous fêtes, from modern-day fetishism to fantasies of ancestral practices in traditional societies.

(traduction de Pierre Zoberman)

 

 

 

Les réalisations de Karl Lakolak

par Cécile Croce


Au croisement de la peinture, de la photographie et de la performance,
Mettent en oeuvre une transidentité non seulement au niveau de la thématique,

mais surtout au niveau de la transformation opérée

sur les corps, encore sensible dans les images fixes.
Cette transidentité comme passage d’une identité à une autre,

supposant la remise en question de l’identification identitaire de départ et le trouble

posé dans celle investie, nouvelle, inédite, en l’oeuvre,

entraine donc une transgression des données

du genre (ou du genre comme donné) : qu’est devenu l’homme débarrassé de ses repérages sociaux

habituels passé dans la nouvelle peau de peinture désormais constitutif de l’image ?

Un être-oeuvre, assurément, ni vraiment masculin,

ni vraiment féminin, et pas du tout neutre ! Le passage d’un genre l’autre

par l’art de Lakolak s’accompagne d’une exploration érotique du corps en mouvement

(corps en posture, corps dansant, corps en action) caressé de couleurs.

Et lorsque plusieurs corps entrent ainsi en scène

et que s’invente entre eux un récit amoureux, les traversées identitaires,

genrées et sexuelles se doublent de celle, non moins complexe, du choix de l’objet du désir.

Cécile Croce, Maître de Conférences HDR - Université Bordeaux III .